Mise à jour du 14 décembre

Jour 14 du Calendrier de l’Avent tous les jours dimanche.  Mine de rien, 14 jours de textes quotidiens.  Le défi continue.

Un suivi sur les lumières de Noël.  Le concept est en évolution mais d’ici vendredi, la maison devrait ressembler à la discothèque de Saint-Pierre-et-Miquelon qui annonçait avoir  « le plus gros set de lumières à l’est de Québec ».  Je vais leur damer le pion.  Pour votre information, les coeurs dans les rideaux datent de la Saint-Valentin 2011.  Rendue là, j’attends qu’ils tombent.


Pas le choix d’avancer dans la démarche ambiance festive, c’est le débarquement quasi-complet du régiment des iPholles en fin de semaine.  On reparlera de notre concept de cadeaux échange plus tard cette semaine.  Et on espère que la première tempête n’aura pas lieu pour l’occasion.  Parce que vendredi pm, on s’élancera sur 450 km de 138, de Baie-Comeau à Havre-Saint-Pierre, tout le monde au point milieu qu’est Sept-Iles.  Il devrait y avoir un lousse sur le 3G sur la Côte-Nord à partir de vendredi, on ne se texte quand même pas quand on est dans la même maison.  Par contre, d’ici là, les échanges devraient être assez fréquents pour ralentir Bell/Telus et l’onde de tempête hivernale annoncée.

Dans les autres suivis de Noël, je n’ai pas encore commencé les desserts ou les bouchées.  Mais c’est tout prêt dans ma tête.  J’ai écouté tous les spéciaux télé concernant la cuisine, j’ai lu tous les sites, pinterest, ai sorti mes livres de recettes et je suis prête pour le croque-en-bouche aux beignes de Ricardo, pour le gâteau bûcheron  ainsi que pour le menu végétarien de Jamie Oliver.  Mais c’est comme les voyages, ils sont tous prêts dans ma tête, mais je ne les ferai peut-être pas tous cette année.

Pour les cadeaux, c’est fait « un peu ».  Ça aussi, c’est prêt dans ma tête…  Ne dit-on pas que c’est l’intention qui compte?

Et je continue de ne pas tricher en ouvrant les portes de mes deux calendriers de l’Avent.  Un contient des belles surprises et l’autre est d’une fiabilité exemplaire, les chocolats goûtent tous la cire.

Ça, c’est celui avec les belles surprises.
Vous en êtes où, vous?  Oubliez pas de respirer… et de vous hydrater!

Un mot utilitaire en finissant.  Certains se demandent comment s’abonner.  Trois façons:

  1. Les blogueurs WordPress connaissent déjà la fonction « suivre » avec un petit « + » dans le bas de la page.  C’est la première.
  2. Il y aussi moyen de s’abonner par courriel.  Vous allez en haut à droite, il y a un rectangle qui indique « menu et widget ».  Cliquez et défilez vers le bas jusqu’à l’endroit où vous pouvez inscrire votre courriel.  C’est la deuxième.
  3. Sinon, une autre façon très simple…  vous abonnez à la page facebook du blogue, c’est par ici.  Profitez-en donc pour partager avec les membres de votre réseau, ça me ferait plaisir!

N’hésitez pas à commenter, aimer, partager, c’est la paye de la blogueuse!

Et, finalement, tu es qui, toi, le lecteur du Brésil qui revient? Et toi, le lecteur occasionnel de la R.A.S chinoise de Hong Kong?  Les Français, les Belges, les Mexicains?   Vous faites quoi pour Noël vous?

  

Publicités

Expériences: ange, chorale et servante de messe

Je suis née et j’ai grandi dans un village de 3 500 âmes.  Le genre de place où les grands moments, tristes ou joyeux, se déroulent dans un triangle délimité par l’hôpital, le quai et l’église.  Le triangle d’or cayen.

Havre-Saint-Pierre - source: Tourisme Côte-Nord

Dans ce triangle, on part en bateau, on célèbre les mariages, les baptêmes, les funérailles (note: le terme « célébrer » n’implique pas nécessairement « faire le party avec des bulles et un dj ».  Le terme célébrer c’est également « Procéder à quelque chose d’exceptionnel, de marquant, l’accomplir avec une certaine solennité » ou encore « Accomplir les rites associés à un acte religieux », d’où le fait que oui, on « célèbre » les funérailles).  Mon bal de finissants de secondaire 5 a eu lieu dans le sous-sol de l’église, la plupart des mariages auxquels j’ai assisté également et c’est là qu’on a traversé à l’an 2000.  On peut de mémoire, à distance et à l’œil évaluer exactement le nombre de balounes que ça prendra pour couvrir le plafond et le nombre de tables qui entrent entre les colonnes (ces colonnes sont une calamité en terme de montage de salle).  On nait à l’intérieur de ce triangle et on y meurt.  En fait, depuis plusieurs années, on y meurt seulement, puisqu’il n’y a plus de naissance à l’hôpital local, ce qui implique pour les familles de se déplacer de 2 à 4 semaines à l’avance dans un hôpital de grands centres (comme Sept-Iles, par exemple).  Mais il sera question de cela ultérieurement dans la vie du blogue.  Dans ce triangle se trouve aussi le bar où on a tous pris notre première bière avant l’âge légal.  Mais de cela aussi nous en discuterons plus tard…  ou peut-être pas.

Donc, quand on grandit à proximité de ce type de triangle, il est usuel d’avoir accompli des activités qui pourraient sembler étranges « au monde de la ville ».  Dans mon cercle, tout le monde a déjà: servi la messe, fait les lectures, chanté dans la chorale de la messe de 8h/10h/minuit.  Pour tout vous dire, la famille au complet a déjà joué un rôle dans une crèche vivante, des anges en robes vertes menthes ou rose poupoune aux bergers en toile de sacs de farine et serviettes à vaisselle en lin, en passant par le petit Jésus en personne.  Encore il y deux ans, le père d’une amie nous a dit que c’était lui qui chanterait le Minuit Chrétiens et c’était parfaitement plausible de le croire.  C’était juste pas vrai.  Mais on a eu le temps de le répéter nous autres…

Source: Diocèse de Baie-Comeau

Les années de chorale laissent des traces.  Je suis exaspérée quand ça trémolote dans « Ça berger … » et je donne des points bonus quand il y a des vrais instruments (parlez-moi pas d’un Minuit Chrétiens avec de la musique enregistrée!).  Dans ma tête, la messe de 8h est la messe des enfants et devrait donc être plus courte.  Pas comme celle vécue dans le coin de Québec il y a quelques années où tous les enfants présents sont allés chercher une décoration pour le sapin en échange de leur petite histoire de bonne action dans l’année et qui s’était terminée par un animatrice de pastorale exaspérée qui les garochait vers le sapin encourageait avec des mots doux: « va te chercher une boule ».  On aurait peut-être pas dû finir la bouteille de porto avant d’aller à cette messe, mais que voulez-vous, on était juste fiers d’avoir agis en adulte et d’avoir pensé à aller à la messe de Noël entre cousins sans parents pour nous y obliger.  À 25 ans…

Il y a aussi l’année où toute la famille sans exception avait contribué à vider une bouteille de spray net avec des brillants pour aller étinceler dans la petite église du village où on passait Noël cette année là et où on n’était pas connus.  On n’aurait pas fait ça à Havre-Saint-Pierre…

Il y a aussi l’année où, pleins de bonne volonté, en visite à l’extérieur, on s’est rendus à l’église pour s’apercevoir que la messe était finie.  Ça non plus ça n’arrive pas à Havre-Saint-Pierre, parce qu’il y a toujours quelqu’un de la famille qui chante, sert la messe, fait l’ange, le berger ou le petit Jésus, ou même le sermon.

Cliquez pour l’article suivant:

https://touslesjoursdimanche.com/2015/12/14/mise-a-jour-du-14-decembre/

 Suivez-moi sur: Facebook.

https://m.facebook.com/touslesjoursdimancheleblogue/
 

 

Grilled cheese

Jour 12 du Calendrier de l’Avent tous les jours dimanche.  Vous suivez toujours?

Ce matin, parce que c’est samedi  et qu’on peut lire nos magazines en pyjama (de Noël)  devant la télé, on se gâte et on se prépare le déjeuner de championne qui permet de manger sans ustensiles, nos doigts étant occupés à tourner les pages et à répondre aux textos des iPholles et des cousines.  Parce que c’est bon, parce que ça craque

Les bases d’un bon grilled cheese, retenez-les bien: le pain et le fromage. C’est moins encore moins compliqué que le pâté chinois.

Côté pain, j’aime bien la miche Première Moisson, mais je suis loin d’être élitiste.  On peut aussi bien utiliser un pain blanc mou ou des restes de pains à hamburgers.  Non, messieurs dames, je ne suis pas snob sur le grilled cheese.

Côté fromage, contrairement à ma sœur, je les aime tous.  Elle, elle aime juste ceux qui sont oranges.

Ensuite, on peut y ajouter de la viande.  C’est un grilled cheese, on y met pas de la bavette ou du foie gras (quoique… ). Deux valeurs sûres.  Le prosciutto dans la poêle… et les saucisses à hot-dog, pour les grilled cheese spécial Chechou.  Chechou, c’est un bonhomme qui a beaucoup d’importance dans ma vie, puisque c’est le papa de mon filleul.  Et Chechou fait le grilled cheese spécial…  Chechou! (Paraît que la recette lui vient de son père).

Bon, maintenant, variation sur la garniture.  En fait, tout est permis, en autant qu’il y ait du… fromage.   Qu’il soit du Québec, bio, fermier, en tranche, en pot, orange ou jaune, il faut que le fromage couvre la surface de la première tranche de pain.  Parce que la différence majeure entre un grilled cheese et un sandwich, c’est le fait que les deux tranches sont collées l’une sur l’autre dans un grilled cheese .  Et c’est le fromage qui fait office de scellant.  C’est ben faite pareille, non?

 

Dans l’ordre des aiguilles d’une montre: fromage Barre du jour et saucisse baseball, parmesan, cheddar fort et prosciutto, Cheez Whiz, parmesan et saucisses baseball, et finalement, rillettes de canard, raclette au poivre et Ciel de Charlevoix.

Avant d’ajouter la tranche de pain du dessus, je vous dévoile publiquement une recette sur laquelle je n’ai aucun droit: le grilled cheese creton et cheddar Perron (ou Boivin, c’est une recette du Saguenay-Lac-Saint-Jean).  Avant de lever un sourcil d’étonnement, essayez… c’est délicieux.  La recette avec les rillettes de canard en est librement inspirée.

Bon, ajoutez la tranche de pain du dessus, un peu de beurre dans la poêle à medium.  Attention!  Si vous voulez pas avoir un pain brulé et du fromage pas fondu, faut pas aller trop vite, faut pas aller trop fort (comme dirait Ferland…).  Quand ça commence à griller, on flippe ça de compagnie, on effouare légèrement et on patiente pour l’autre côté.

 

Finalement…  dégustez.

Bon samedi.


Chers voisins, ne craignez rien

J’ai un aveu à vous faire.  On en est au jour 11 du Calendrier de l’Avent tous les jours dimanche et je n’ai encore installé aucune décoration de Noël.  Il y quatre sets de lumière qui trainent dans l’entrée depuis 10 jours et je n’ai pas encore trouvé l’énergie de les installer (énergie, lumière de Noël… je suis trop forte!).

Peut-être que c’est parce que je ne supporte pas la compétition. Dans nos étroites petites maison en rangée d 18 pieds de large, les décorations du deuxième voisin  rivalisent entre elles au firmament des lumens.  Je dis bien « entre elles ».  Ses seules décorations à lui pourraient suffire pour les 6 maisons qui composent le bloc.  Et peut-être même pour deux blocs.

Le Sapin a les boules

Mais je vous entends, c’est pas une raison pour pas décorer.  Après tout, on vit dans une région qui produit de hydro-électricité, on a gagné notre droit à la lumière scintillante.  Mais vous savez, les personnes organisées qui installent leurs lumières en septembre sous prétexte que c’est plus facile que dans les froids de décembre?  Ben elles l’ont fait pour absolument rien cette année, demain 12 décembre on annonce 5 degrés sur Sept-Iles (notez ici une chose, je vous parle des prévisions météo pour Sept-Iles.  Je n’ai pas écrit « ils annoncent 5 degrés sur la Côte-Nord ».  Parce que c’est pas parce qu’il fera 5 à Sept-Iles qu’il fera aussi 5 à Schefferville, Port-Menier, Tadoussac et Blanc-Sablon.  Je ne vous parlerai donc jamais de notre climat météorologique nord-côtier.  C’est trop grand…  vous pourriez vous y perdre).

Donc, demain, chers voisins, ou peut-être dimanche, je profiterai de cet automne qui s’éternise, je vais lâcher ce look de maison qui riposte contre le temps des Fêtes et étincellerai de tous mes feux.  Ben…  un peu moins que le deuxième voisin.

Cuisinons à la cayenne

10 décembre, jour 10 du Calendrier de l’Avent tous les jours dimanche.  Humble contribution à vos recettes de Noël.

Petit apparté:  il ne sera pas ici question de poivre de Cayenne, de VUS Porsche ni de la ville de la Guyane portant ce nom.  Il sera ici question d’un livre de recettes des Dames Fermières de mon village, où les gens portent fièrement le nom Cayens (et Cayennes). On le reçoit quand on part pour le Cégep…  ça fait partie du kit de départ.

Je vous mets ici quelques petites recettes qui pourront vous aider dans la préparation de votre Réveillon, mais également de ces potlucks disparates qui parsèmeront les prochaines semaines.  Tirées de  la 6ème édition et d’une autre édition inconnue pour cause de page couverture disparue.

Voici la 6ème édition. Les éditions précédentes possédaient des petits extra que nous vous ferons découvrir plus loin dans l’article.

 

Pour gagner le cœur de vos invités ou celui du Père Noël, voici la recette idéale. En tout cas, c’est celle qu’on utilise dans ma famille.

 

IMG_0669
Toute rencontre de plus de 5 personnes nécessite une trempette au crabe. Laissez faire les crudités fancy et les craquelins bio, ça se mange avec des Bugles. Après un épisode difficile où les Bugles furent retirés du marché, nous les avons retrouvé avec bonheur dans un sac refermable.
IMG_0666
C’est si bon (les œufs farcis).

 

IMG_3371
Voici une vraie recette de dinde, avec de la vraie farce. Pas de raisins secs, c’est pas bon les raisins secs. Par contre, pour les conseils de cuisson se référer à Ricardo, il est un peu plus clair dans ses explications. Expérience vécue.
IMG_3369
Voici la vraie recette de bûche de Noël. Toutes les autres variations ne sont que fantaisies et ostentations. Y glisser une confiture de plaquebière ou de berries au choix, glacer de crémage au cocoa et décorer de petites haches et de traineaux en plastique.
IMG_0671
Pour les plus aventureux, pourquoi pas un menu « Buffet des continents »…

 

Finalement, parce que je tiens à vous, je vous fais suivre des recettes qui pourraient vous sauver la vie.  Pour vrai!

Cher Père Noël

Hier, j’ai vérifié le prix des timbres.  Mais je crois que les lettres se rendent plus facilement au Pôle Nord par courriel.   En tout cas, mieux que les livraisons gratuites de plusieurs grands magasins québécois ne peuvent se rendre à Havre-Saint-Pierre.


Père Noël, avertis nous si tu ne te rends pas, parce que nous, ben, on passe Noël à Havre-Saint-Pierre avec du monde des Iles-de-la-Madeleine.   Et tu sais Père Noël, on mérite nos cadeaux.  Mais je vais te dire, Père Noël, nous on ne se trouve pas si loin que ça.  Si tu préfères, je peux aussi t’envoyer les horaires des bateaux?  Assure toi que tes rennes sont chaussés en hiver et que leur mise au point est faite avant de partir, parce qu’ici, les chevreuils ne sont qu’à Anticosti, et je te l’ai mentionné déjà, les vols ne sont que les lundis, mardi, jeudis et vendredis.

Père Noël, tu sais, tu peux avertir les lutins de ralentir sur la fabrication des jouets au Pôle Nord. On prône l’achat local ces temps-ci dans mon coin.  Les lutins chinois, surtout.  Ils sont loin.  En passant, les lutins chez Chlorophylle, peux-tu leur jeter un coup d’œil, on s’inquiète pour eux.  Et toi Père Noël, le prix du fer, as-tu le contrôle là-dessus?

Père Noël, nous l’histoire des boites postales communautaires, nous ne l’avons pas trop comprise.  On va au bureau de poste tous les jours quand on attend un chèque ou un paquet.   Tu peux aussi passer par le comptoir Sears.  On le fréquente encore fréquemment, probablement des vestiges de nos vies avant d’avoir la route.  C’est pas 40 ans de 138 qui va changer les Cayens.

Moi, pour ne pas prendre de chance, Père Noël, je vais te demander des choses qui ne s’emballent pas.  Du bonheur, de l’amour, de l’amitié et un plein sur mon compte iTunes, je voudrais changer d’ordi.  Tu sais, je veux encore le batteur sur socle rouge, mais juste si ça vient avec une nouvelle cuisine.  Est-ce que je peux mettre « nouvelle cuisine » sur ma liste?


Père Noël, appelle moi pas en direct à la Radio Communautaire.  Ce serait pas bien vu que je vole la place d’un enfant.  Un conseil aussi… fais attention quand tu te fais remplacer par le premier mononcle que tu croises.  C’est pas pour le stooler, mais un soir de 1979, à Longue-Pointe-de-Mingan, ton remplaçant est entré par la (petite) fenêtre de la salle de bain, portant des lunettes de ski-doo mauves.  Pas fort.  J’aurais pu arrêter de croire en toi du coup.  J’ai persisté.  Tu peux être si généreux quand tu veux.  Les Lions en embauchent un plus convaincant.  Peut-être est-ce toi pour vrai?  Certaines personnes souhaiteraient de la neige, peux-tu en glisser un mot à El Nino?  On sait pu, il y avait pourtant des graines en masse sur les cormiers cet automne (ou peut-être pas, on n’est plus certains de rien…).

http://www.motoneiges.ca
http://www.motoneiges.ca
En tout cas,  Père Noël, oublie moi pas.  Pour les cartes iTunes, suis le lien ci-bas.

Je t’embrasse Père Noël, salutations à Mère Noël, Rudolf et à Gratteux.

D!,

https://www.facebook.com/touslesjoursdimancheleblogue

 

 

 

 

Savez-vous le prix d’un timbre?

J’ai reçu aujourd’hui ma première carte de Noël 2015, celle de ma députée, signée de sa main.  En fin de semaine passée, avec une précieuse collaboratrice, j’ai préparé celle que recevront les collaborateurs, clients, partenaires et bénévoles qui gravitent autour de mon travail.  Au cours de ma carrière, j’en ai reçu des dizaines, c’est tellement beau dans un bureau.  Au cours de ma carrière, j’en ai également signé des centaines (le mot « centaines » est utilisé sciemment.  C’est même pas une exagération.  J’ai aussi travaillé pour un député, moi!).  Où chaque année on s’est demandé « on les signe-tu pour vrai cette année ou pas?  Ça fait « pareille », nos noms photocopiés, non? »  Mais non, ça fait pas « pareille », nos noms photocopiés.  Chaque année, on se dit: on va faire ça en juillet, l’année prochaine, c’est plus relax.  Mais on les fait pas en juillet, c’est pas « pareille ». Ça fait pas « pareille » non plus un courriel envoyé aux collaborateurs, collègues, clients.

Mais il y a longtemps que je n’ai pas envoyé de cartes de Noël sans que ça passe par le service postal de l’organisation pour laquelle je travaille.  Vous savez, une carte de Noël pour quelqu’un qui compte pour « MOI »…

Jour 8 du Calendrier de l’Avent?  Pourquoi ne pas acheter un beau paquet de 5 cartes ou encore mieux, choisis une belle photo d’hiver, de ton chien avec une tuque ou de tes enfants avec leur lutin (est-il revenu de Blanc-Sablon?), pointe toi à la papeterie la plus près de chez toi (dans mon cas, c’est vraiment proche…  ne pas m’y rendre serait de la pure paresse) et fais imprimer 5 cartes. Ils en font de toutes les formes et sur tous les papiers possibles.

Sors ton écriture du dimanche, écris Joyeux Noël à ton monde, calligraphie leur de la santé, du bonheur et de la prospérité.  Appelle-les pas pour avoir leur code postal, tu vas gâcher la surprise.  Canada 411 ou autre, trouve l’adresse sur Internet.  Inscris l’adresse sur l’enveloppe.  Poste la.


En passant, c’est 1 $ un timbre.  0,85$ si tu en achète un feuillet ou un rouleau.  Pis y’en a des bens beaux!