Les démon(e)s du passé

Jour 16 du Calendrier de l’Avent tous les jours dimanche. Nostalgie du temps passé.  À ma manière…

Ces jours-ci, les étudiants des cégeps et des universités vivent la dernière semaine de la session.   Ces jours qui en août nous paraissent si loin et qui finissent par arriver.  La conclusion de trois mois d’efforts. Enfin, c’est ce qu’on en dit.

Bon.  Parents d’étudiants partis étudier au loin dans la grand’ville, cessez immédiatement la lecture de cet article.  Vous n’en dormirez peut-être pas de la nuit.  Maman, ferme tes yeux et bouche tes oreilles, passe tout de suite à la conclusion, je te promets que ça finit bien.

Retour en décembre 1994.  J’ai été une étudiante…  intense.  Les jours où on étudiait, on étudiait. Les jours où on faisait rien, on ne faisait rien.  Et les jours où on festoyait, on festoyait.  Et je ne regrette aucun moment de cette vie où l’agenda tournait autour du travail long, des mi-sessions, de la fin de session.  Et du Carnaval de Québec.

Un étudiant en fin de session devient un peu dans un état  second. « Dans mon temps » en tout cas.  Peut-être pas avant, peut-être pu maintenant.  Mais en décembre 1994, on était de même.  Après avoir élevé la procrastination au rang de sport olympique pendant quelques semaines, nous avions donné un coup ma coloc et moi et avions finalement réussi à rattraper tout le retard pris dans tous les cours, avions fait tous nos plans de travail pour tous les travaux à remettre, les bibliographies étaient prêtes, bref, on était au-dessus de nos affaires et méritions un break.  Selon nos critères à nous.  Le vrai boulot commencerait le lendemain, mais ce soir là, nous avions décidé qu’on décorerait l’appart pour Noël et qu’on voulait un sapin.  Quelques jours auparavant, nous avions chacune de notre côté négocié un budget déco de Noël auprès de nos parents respectifs, budget qui avait finalement été dépensé en Fin du Monde, bière apparue cette année là et qui contient encore aujourd’hui beaucoup trop d’alcool pour la vitesse à laquelle on la buvait.  Nous n’avions donc pour décorations que les lumières de Noël que j’avais de l’année d’avant.

Bière de Noël

Ça nous prenait  un sapin.  Pour justifier le budget déco de Noël.  Nous n’étions jamais à court de ressources et de bonnes idées.  Ça adonnait bien, il y avait un stand à sapins juste l’autre bord de la rue.  Sauf que dans notre cas, la rue, c’était l’autoroute Duplessis.  Et nous n’avions pas de char. Pas de trouble avec ça, on prend le viaduc de Quatre-Bourgeois, y’a un trottoir.  On part, on se trouve un sapin, on le ramène.  À pied.  Aussi simple que ça.  Mais pas si simple quand même.  C’est large une autoroute à quatre voies. Et je ne sais pas si vous le savez, c’est du trouble un sapin à pied.  On « emprunte » donc un panier à l’épicerie et on ramène notre sapin.  En empruntant le viaduc au dessus de Duplessis, on se rappelle.  On rentre discrètement (!) le sapin, on installe ça, un peu bric à brac.  Et on est fières de nous. On a ac-com-pli quelque chose (la soirée ne faisait que commencer…).  Et on procrastine encore un peu… Et on se rappelle qu’on a juste des lumières de Noël.  Le temps que le sapin dégèle, on s’entoure dans les guirlandes de lumières et on se tape une game de Quelques arpents de piège avec la visite arrivée entretemps.  Une game au complet, entourées wrapées dans les lumières, en ajoutant un règlement, pas le droit de dire des mots avec « r » (déformation cayenne qui se propageait à l’Outaouais et à la Capitale-Nationale.  Pour le fun.  Ce qui donne des réponses du genre « Piasse des Feuillus » au lieu de …   Dollard des Ormeaux.   On était de même.  Des intellos-illuminées.

Le temps passe… la game finit, et le sapin est prêt.  On a des lumières, mais rien d’autre.  Et ici intervient un plan fouareux d’étudiantes typiques.  On n’étaient pas très assidues sur la consigne des bouteilles, on décide alors de décoller les étiquettes de toutes les bouteilles de bière de toutes les caisses qui trainent dans le locker (on se rappelle qu’on avait procrastiné quelques semaines… ).  On trouve que des étiquettes de bouteilles de bière, ça va faire des belles boules colorées et brillantes.  On passe un bon deux heures sur le projet.

Pour les guirlandes…  l’autre plan fouareux.  Le master king des plans fouareux de la déco de Noël.  Pour une raison obscure, les étudiants aiment ramasser les bouchons de bière.  Habituellement dans un pichet de bière vide ramassé à la Volks Brahauss ou à la Relève.  Le temps avait passé, la soirée devenait assez avancée.  Pensez-y, le sapin, la game de Quelques arpents de piège, les étiquettes.  Il devait ben être rendu deux heures du matin.  Ben, à 2h du matin, nous avons eu une  bonne idée. Une guirlande de bouchons de bière.  Les deux colocs assises par terre dans la cuisine, perçant les bouchons de bières avec un clou,  à grands coups de talon de Doc Martens, les enfilant sur une ficelle qui ferait plusieurs fois le tour du sapin.  Nos voisins étaient des saints.  Ou juste très sourds.  Mais cette nuit là, ils nous ont fait savoir qu’on était bruyantes.  Alors qu’on était juste deux, même pas si sur le party, occupées à  recréer la magie de Noël!!!!

017E00D707535919-photo-logo-tuto-carillon
Notre guirlande n’était malheureusement pas aussi cute.

Ce sapin était magnifique.  Plein de magie et de bière.  Il brillait de mille feux, les lumières se reflétant sur les étiquettes de Molson Ex et de Carling, sur les bouchons de Labatt Bleue…

Vous vous demandez si on a choisi d’y ajouter un ange ou une étoile?

Mieux que ça.  On a choisi l’emblème des fêtards de Québec.  La tête de Bonhomme Carnaval qu’il y a sur la canne qu’on remplit de caribou (ou de Jack Daniel).

Canne de carnaval

Au début du texte, je vous ai promis une belle fin…

La voici:

On a fini par passer notre session.

Enfin, selon ce que je m’en souviens…

Publicités

Une réflexion sur “Les démon(e)s du passé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s