Parce qu’il y a aussi les livres

En relisant les dernières chroniques de tous les jours dimanche on pourrait croire que l’auteure de ces lignes passe ses journées dans sa causeuse à suivre des séries télé.  Ou des films de Noël (Pour ce thème, préparez vous, ça ne fait que commencer…  un mois de bonheur animé à Ciné-Cadeau, mais également un mois de sourcil soulevé en notant les titres parfois imaginatifs des films de Noël à venir).

 

Je tiens à faire un rectificatif.  Je passe peut-être mes journées dans ma causeuse à regarder des séries télé mais je lis aussi beaucoup.  Et pas juste des magazines.  Cadeau du dimanche, jour 6 du Calendrier de l’Avent, liste non-exhaustive de livres ayant pour thème Noël.

Y’a évidemment la Bible.  Ce qui est un peu tannant, c’est qu’on n’est pas certain de ce qui est de la fiction et de ce qui est réellement arrivé. Mais parait que la meilleure version est dans l’Évangile selon Luc.  Chapitre 2.  Il y est question de César, de Béthléem, de Marie, Joseph, des anges et des bergers.  Mais j’ignore quand les rois mages interviennent dans l’histoire.

On a parlé hier de Colin Firth et de son chandail de Noël tricoté.  Évidemment, avant d’être un film, Le journal de Bridget Jones était un livre.  Et, sans dévoiler de punch,  le dernier chapitre au complet se déroule à Noël.  Et en dévoilant le punch: elle finit avec Mark Darcy et il ne garde pas son chandail de Noël tricoté.

Y’a aussi les romans policiers.  Je ne sais pas pourquoi, mais une grande partie des enquêteurs bourrus et solitaires des romans policiers  travaillent à Noël.  C’est à croire qu’ils provoquent leurs enquêtes. Le commissaire Erlendur de l’auteur islandais Arnaldur Indridason enquête sur le meurtre d’un Père Noël mort les culottes à terre dans « La Voix » (Points, 2008).

C’est  autour de Noël 1975 que le trouble commence pour le Commissaire Kurt Wallender dans la nouvelle « Failles souterraines » (La faille souterraine et autres enquêtes, Seuil, 2012.  RIP, Henning Mankell, tu me manqueras…).

Louise Penny ne veut pas non plus que son Inspecteur Gamache passe Noël à la maison dans « Sous la glace ».  Mais Armand Gamache, contrairement à l’ensemble des policiers scandinaves, a une femme aimante à la maison, la chaleureuse Reine-Marie.

Tu ne sais pas par quel livre commencer?  Il y a sûrement un Mary Higgins Clark qui traine au chalet.  Elle aussi fait une fixation sur Noël (mais pour tout vous dire, je me suis toujours méfiée de Mary Higgins Clark): « Douce Nuit », « Trois jours avant Noël », « Le Voleur de Noël » (années de publication diverses, probablement chez Québec/France Loisirs).

Agatha Christie n’est pas en reste avec son « Noël d’Hercule Poirot », « Christmas plumpudding » et sûrement d’autres.  Mais pour tout vous dire, je ne me rappelle pas avoir lu ces derniers romans.  Ça se dit peut-être pas, mais je n’aime pas vraiment Agatha Christie.  C’est parce que, voyez-vous, je lis systématiquement la fin des livres en partant.  Et Agatha Christie, à mon avis, c’est toujours 150 pages inutiles avec une fin qui n’a aucun rapport avec les indices laissés en chemin.

Ne hurlez pas, j’ai parfaitement le droit de lire la fin avant.  Daniel Pennac me l’a permis dans « Comme un roman », à l’article 2 de ses droits imprescriptibles du lecteur où il me dit que je peux sauter des pages. Parlant de Pennac, si vous ne l’avez jamais lu, commencez donc le congé de Noël 2015 avec sa saga des Malaussène, où dans le premier livre, « Au bonheur des ogres » (Folio ou Gallimard, 1985), le Petit dessine des ogres de Noël.  Et où tout bascule (comme toujours) pour Benjamin Malaussène, le frère ainé responsable bien malgré lui de cette joyeuse tribu.  Si vous ne connaissez pas les Malaussène, plongez, offrez-vous Belleville en cadeau!
Finlement, parce que c’est Noël, empruntez un livre dans la bibliothêque personnelle d’un ami de 5 ans, ou mieux, lisez un livre avec lui.  Moi…  je termine (ou commence) souvent avec les livres de mon enfance.  « Les Patins d’argent », « Heidi » ou le conte du 25 décembre de mon livre des 365 histoires à raconter…

En finissant…

Je vais utiliser ici une technique espionnée éprouvée  et observée sur les autres blogues pour susciter les réponses et des interactions avec les lecteurs,  je vais conclure par une question: Tu lis quoi, toi, à Noël?

 


Publicités

Une réflexion sur “Parce qu’il y a aussi les livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s